Home

Croatie Europe Parlement

Le taux de participation lors des premières élections législatives européennes en Croatie le 14 avril 2013 a été un maigre 21%. Ce n’est que le dernier exemple en date de la déconnexion qui existe entre les décideurs de l’Union européenne (UE) à Bruxelles et les électeurs dans les différents États membres du continent.

Moins d’un quart des Croates ont ainsi décidé d’aller aux urnes. Ceci est sans doute révélateur de la désillusion des citoyens croates à l’égard de alors même que la Croatie est prête à adhérer à l’Union le 1er juillet prochain. Ce phénomène ne se semble d’ailleurs pas se cantonner au cas de la Croatie.

Le Parlement européen, où siègent 754 députés, est le seul organe de décision directement élu de l’UE. En tant que tel, il représente l’unique possibilité pour les électeurs à travers l’Europe de jouer un rôle direct dans l’élaboration des politiques de l’Union.

Il est également l’organe de décision le plus faible de l’Union. Bien que les différents traités successifs aient donné au Parlement européen un peu plus de prérogatives, il lui manque encore quelques-uns des pouvoirs législatifs fondamentaux que l’on trouve au sein des parlements nationaux. Il n’a même pas de droit d’initiative pour proposer un texte et doit demander formellement à la Commission de le faire en son nom.

Or, l’élite politique de l’Union européenne continue de prôner qu’une  « union sans cesse plus étroite ». Ce serait à la fois ce que les peuples d’Europe veulent mais aussi ce dont ils auraient besoin. Reste que les tendances électorales ne semblent pas du même avis. Après avoir atteint un taux de participation de 62% lors des premières élections législatives européennes en 1979, la participation électorale n’a pas cessé de diminuer  à chaque élection parlementaire européenne ultérieure.

En février 2013, les électeurs italiens ont aussi manifesté leur mécontentement en votant massivement pour un parti politique mené par un comédien. Cette élection est rapidement devenue une source d’embarras pour l’ancien Commissaire européen et Premier ministre italien Mario Monti.

En effet, les sondages récents officiels montrent que le soutien à l’UE est au mieux mitigé. Seuls 33% des Européens déclarent avoir confiance en l’Union européenne, alors que 29% d’entre eux déclarent que l’UE représente quelque chose de très négatif pour eux.

La crise économique qui couve toujours à Chypre ainsi que dans le reste de l’Union a envoyé aux électeurs croates un rappel brutal, à savoir que la poursuite de l’intégration politique européenne pourrait ne pas être une panacée.

Ce faible taux de participation électorale semble indiquer que la plupart des Croates en ont pris bonne note.

Publié le 28 mai 2013 sur 24hgold.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s