Home

PsychedelicCyprusflag

Le parlement chypriote a rejeté le plan de sauvetage non-conventionnel tel que proposé par l’Union européenne, en raison du mécontentent populaire manifesté par la classe moyenne de l’île qui n’apprécie pas du tout qu’on veuille lui confisquer son épargne.

On parle actuellement de la mise en place de contrôles de capitaux pour empêcher les fonds de fuir l’île lorsque les banques seront finalement autorisées à rouvrir. Inutile de rappeler qu’il s’agit-là d’une atteinte grave à l’un des piliers de l’Union européenne qu’est la libre circulation des capitaux.

Les épargnants se voient donc refuser l’accès à leur argent (ils ne peuvent retirer que 700 euros par jour) et des mesures de contrôle supplémentaires sont à l’ordre du jour. Les entreprises ne peuvent pas fonctionner dans de telles conditions : le secteur privé risque de s’effondrer.

Bref, la situation est très mauvaise.

Le pays n’a finalement le choix qu’entre 4 scenarios.

Scenario 1 : gaufre bruxelloise

Une réunion d’urgence a lieu pour décider du sort de Chypre. La zone euro accepte de prêter l’argent nécessaire pour renflouer les banques en faillite et impose un plan de réforme vague mais symboliquement drastique, de façon à sauver la face du gouvernement allemand. Le gouvernement chypriote peut aussi se déclarer vainqueur car il a sauvé la classe moyenne de son pays.

Scenario 2 : koulak braisé

La réputation de l’île comme paradis fiscal étant d’ores et déjà détruite, les déposants étrangers vont retirer tous leurs fonds dès qu’ils le pourront. Le gouvernement décide donc de ne pas s’approprier les avoirs des épargnants en-dessous d’un certain seuil en banque mais confisque 15%, 20% ou 30% de ceux situés au-dessus. Autre possibilité : le gouvernement confisque une partie des liquidités des plus riches en échange de bons du Trésor sur 5 ou 10 ans (je vous laisse en deviner la valeur sur le marché), peut-être garantis par des bons de souscription « à la nigériane »sur l’exploitation du gaz naturel de la zone maritime de l’île. Beaucoup d’emplois liés au secteur financier disparaîtront immédiatement mais le gouvernement pourra se poser en défenseur du peuple.

Scenario 3 : tango argentin

Suite à une réunion en privé, les chefs des plus grands partis de l’île décident de demander à leurs députés de voter un plan rectifié : au lieu de saisir les liquidités des résidents, le gouvernement confisquerait en partie d’autres avoirs comme par exemple les retraites des chypriotes.  Ce serait moins douloureux immédiatement mais pourrait tourner assez mal.

Scénario 4 : suite islandaise

La situation reste bloquée trop longtemps. Les banques font défaut. L’État chypriote fait faillite. Et la situation s’assainie en deux ans, comme en Islande.

Si le scenario 1 ne se produit pas, il semble préférable pour le gouvernement chypriote d’opter pour le scenario 2. Apparemment, il choisit de s’en distancer (pourquoi essayer de sauver un secteur financier déjà mort ?) en proposant un plan B similaire au scenario 3.

J’ai une préférence pour le scenario 4. Les renflouements de toutes sortes doivent cesser et si le système financier mondial s’effondre alors, qu’il meurt. Notre génération doit encaisser ses pertes. Le report de nos douleurs sur les générations futures est criminel. Le marché, totalement absent de la situation actuelle où  l’État contrôle le système financier, doit être libre de mettre en œuvre les solutions adéquates aux mauvaises décisions qui ont été prises dans le passé.

La crise chypriote ne détruira pas la zone euro mais elle est en train de montrer au monde à quel point la structure et les mécanismes de la zone monétaire sont accablés.

Article originel publié le 25 mars 2013 sur 24hgold.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s