Home

Vous pourriez penser que les choses vont mal : la crise économique prend ses aises, les nuages s’amoncellent entre Israël et l’Iran, on massacre en Syrie, la Corée du Nord persiste, Vladimir Poutine est à nouveau président, Sarkozy l’est toujours, Hollande pourrait l’être bientôt, Mélenchon existe.

Vu au travers du prisme des actualités quotidiennes, on se lamente facilement sur l’état du monde.

Nous vivons pourtant au meilleur moment de l’Histoire. Voici pourquoi.

1.       Selon l’Organisation des Nations Unies (ONU), on vit de plus en plus longtemps, en particulier dans les régions du monde les moins développées. En 1900, l’espérance de vie moyenne à la naissance était d’environ 30 ans. Au cours de la période 1950-1955, elle était de 46,6 ans. Entre 2005 et 2010, elle est passée à 67,6 ans. On vit en moyenne 15 ans de plus aujourd’hui dans les pays en développement que dans le pays le plus développé il y a un siècle. Le sida et le paludisme perdent du terrain. Depuis que l’Afrique du Sud a commencé à prendre le sida au sérieux, l’espérance de vie dans ce pays est passée de 54 à 58 ans entre 2005 et 2010.

2.      L’extrême pauvreté diminue dans le monde entier. En 2000, lorsque l’ONU a fixé comme objectif de réduire de moitié d’ici 2015 le pourcentage de personnes vivant dans un état d’extrême pauvreté, même les rédacteurs des « objectifs du millénaire pour le d&e…loppement » n’y croyaient pas. Pourtant, la Banque mondiale a estimé en février que, malgré la récession, cet objectif a été atteint en 2010. En 2008, 1,29 milliard de personnes vivaient en dessous du seuil de pauvreté de 1,25 dollars par jour. Pour la première fois depuis le début des mesures, la plupart des personnes vivant en Afrique se situaient au-dessus de ce seuil. Et la situation a continué de s’améliorer depuis. En mars 2012, le pourcentage de la population n’ayant pas accès à l’eau potable a diminué de moitié par rapport à 2000, avec 5 ans d’avance sur les objectifs du millénaire.

3.      L’état de Droit progresse de façon assez constante depuis le début des années 1990. Et depuis la fin du XVIIIème siècle, le nombre de dirigeants politiques qui ont été contraint d’accepter la primauté du Droit sous une forme ou une autre n’a cessé d’augmenter.

4.      Comme l’arbitraire de l’État, la violence étatique diminue elle aussi. Le nombre de décès dû aux guerres a chuté de 90% depuis 1940. Depuis 1975, les frontières politiques sont restées fixes : aucun État n’a durablement envahi son voisin (Saddam Hussein n’a pas réussi à conquérir le Koweït en 1990 ; son armée l’a envahi, mais elle en fut bientôt chassée). En 1982, l’Argentine et la Grande-Bretagne se sont battues pour le contrôle des îles Falkland ; les deux État préfèrent aujourd’hui se quereller par médias interposés. Cette disparition des guerres de conquête est assez peu soulignée.

5.      L’effondrement de la criminalité violente se poursuit. Par exemple, Eurostat a signalé récemment que dans « la plupart des pays de l’UE, les taux de criminalité ont diminué de façon constante depuis 2002 environ ». La criminalité violente aux État-Unis est à son niveau le plus bas depuis 40 ans. Et même à São Paulo, les homicides ont diminué de 75% entre 2001 et 2008.

6.      La maîtrise personnelle de la natalité augmente dans les pays en développement. Par exemple, on comptait environ 7 enfants par femme en Iran en 1984 ; on en compte 1,87 en moyenne aujourd’hui. Cette maîtrise est une bonne chose pour la santé et la situation économique des femmes les plus pauvres.

Dans l’ensemble, on vit sur Terre de manière moins pauvre, désagréable, brutale et courte que par le passé.

Il faut aussi célébrer ces grandes avancées humaines contre la mort, la maladie, la barbarie de l’Etat et des individus.

Certains diront que prendre bonne note de ces progrès humains peut inciter à la paresse. En fait, leur célébration ne fait qu’encourager à l’action. Ils sont la preuve que la recherche médicale, l’instruction, l’insoumission rendent le progrès possible.

7.      C’est là la septième raison d’être optimiste : l’action humaine peut être une force pour la paix, le développement et la prospérité.

Publié le 11 avril 2012 sur 24hgold

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s